Voacanga africana, un remède naturel contre l’ulcère

De plus en plus, l’ulcère devient un motif de consultation médicale ou de conseil en officine. Elle fait suite à une ulcération de la paroi de notre estomac ou de notre duodénum. Les causes sont multiples mais en majorité , elles dépendent de notre mode de vie et de notre alimentation : manger trop épicé, manger trop gras, la consommation de boissons gazeuses, de café ou de substances acides, manger tardivement, un problème de digestion, les reflux gastro-oesophagiens nocturnes.

Une fois de plus, la nature ne reste pas en marge de notre mal être. Hormis Kigelia africana dont les propriétés antiulcéreuses ont déjà été évoquées, nous vous présentons aujourd’hui une espèce : Voacanga africana, une Apocynaceae.

Ses noms africains sont : Agbossounê ( fon), Ghongbon (attié), Ako-dodo ( Yoruba).

C’est un arbuste avec des branches évasées , des feuilles opposées et un fruit vert, jaune à maturité. Le fruit, de la grosseur d’une petite mangue est vert et tacheté. Il est retrouvé dans toute l’Afrique de l’ouest.

A partir des écorces du tronc et des racines, des substances chimiques ont été isolées telles que la voacamine et la voacangine. Elles sont douées de propriétés hypotensives ( elles diminuent la tension artérielle ).

C’est dans cet élan que Voacanga africana a même été répertorié comme une plante servant au traitement traditionnel de l’hypertension Artérielle au Mali. ( Source : Kerharo et Adam, 1974).

Dans les graines, l’alcaloïde principal est la tabersonine. Industriellement, cet alcaloïde est transformé en vincamine. Une molécule qui augmente le débit sanguin cérébral. Elle permet au cerveau de mieux capter l’oxygène [ 1 ] .

Les tradipraticiens considèrent que les fruits, les écorces et les feuilles de Voacanga africana possèdent des propriétés anti-ulcéreuses.

En effet, des études scientifiques ont montré que les écorces de Voacanga africana permettent la réduction de la formation des lésions du tube digestif ( estomac et duodénum ).

Aussi, sur un rat d’expérience, la tabersonine extraite des fruits et des écorces données par voie orale protège de la formation d’ulcères chez le rat.

Ces différentes expériences montrent bien que la tabersonine joue un rôle dans la réduction des ulcères mais aussi dans la prévention des ulcères.

Par conséquent, Voacanga africana se veut être un remède naturel contre l’ulcère, son fruit , un aliment diététique.

UNE ESPÈCE COMMERCIALISÉE

Il existe depuis les années 1980 un marché régulier pour les graines de Voacanga africana. Plusieurs centaines de tonnes de graines de Voacanga africana sont exportées de Côte d’Ivoire, du Ghana, du Cameroun et de la R.D. du Congo à destination de firmes pharmaceutiques de France et d’Allemagne (Eyog Matig O. et al., 2006).

COMMENT L’UTILISER ?

Nous pouvons trouver les écorces de Voacanga africana sur le marché des plantes médicinales.
Faire une décoction de quinze grammes de l’écorce dans un litre d’eau et boire un verre après chaque repas.

Connaissez-vous cette espèce ? L’avez-vous déjà utilisé ? Si, oui l’Initiative Plante Santé ( IPS ) aimerait savoir  » le pourquoi du comment » : une joie pour nous de raconter votre expérience.

Sources :

[ 1] www.prota4u.org/PROTAhtml/Voacanga%20thouarsii_Fr.htm

Les plantes médicinales d’Afrique écrit par Jean-Louis Pousset, Professeur de pharmacognosie, Edisud. P 245

TOURE Audrey

3.2 (64%) 15 vote[s]

One Comment

  1. AvatarHOUINDO Reply

    La particularité d’IPS est de nous faire savoir tout ce qu’on peut faire avec les ingrédients ou éléments très souvent disponibles à notre portée dont on ignore les vertus. Cet article est celui que je préfère vu qu’il parte d’un problème que j’ai personnellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =