Artemisia, l’espoir de la lutte contre le paludisme

Peter  Lutgen parlant de l’utilisation des plantes du genre Artemisia dans la cure du paludisme.
Peter Lutgen

Le professeur Pierre LUTGEN est le  fondateur de l’Association IFBV-BELHERB (Réseau Belgo-Luxembourgeois pour la valorisation des herbes médicinales). Il oeuvre pour la promotion de l’usage des plantes médicinales  à l’encontre des maladies tropicales (paludisme) depuis plus d’une dizaine d’années. Il est auteur de plus d’une soixantaine de publications scientifiques. Ce grand chercheur scientifique nous a honoré de sa présence ce vendredi 18 Janvier 2019 à l’UFR de Pharmacie à la Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou.

En effet, d’un commun accord avec Docteur Ganfon Habib, Professeur Assistant en Pharmacognosie, Pierre LUTGEN a réveillé en chacun de nous l’esprit critique et scientifique de telle sorte à dire oui à l’éradication complète de cette maladie endémique qui perdure : Le paludisme. Cette éradication passe par l’exploitation rationnelle de ce que Dieu nous a donné de sacré : la nature.  La phytothérapie doit être couplée à la médecine moderne pour l’ émergence de nos pays africains.



Le genre Artemisia C’est quoi ?

Le genre Artemisia est un ensemble de  plantes qui fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques depuis des années. En effet, Artemisia Annua ,utilisée par les chinois, depuis bien longtemps a permis d’extraire l’artemisinine. Les dérivés hemi-synthétiques de cette molécule sont l’artemether et l’artesunate entre le autres. L’industrie pharmaceutique produit des médicaments à base de ces molécules. L’OMS les recommande pour la prise en charge du paludisme Une belle avancée dans le domaine de la santé qui a néanmoins des limites. D’une part, on observe de plus en plus de résistances à la molécule d’ artemether. D’autre part, le niveau de vie des populations ne permet pas une bonne prise en charge du patient. 

Feuilles d’artemisia efficaces pour la lutte contre le paludisme.
Feuilles d’artemisia

Artemisia afra la plante miracle ?

Feuilles d’artemisia utilisées dans le paludisme

La découverte de Artemisia afra fut une bouffée d’air fraîche dans la lutte contre le paludisme. De plus, elle pourrait être  utilisée pour la prevention et la cure du paludisme selon plusieurs études. Artemisia afra s’adapte très facilement à nos sols et pousse très facilement partout en Afrique ( Tanzanie, Bénin, Ethiopie, Ouganda, Togo).   Son emploi au Congo remonte à très longtemps. Elle est inscrite dans le répertoire des plantes médicinales en Afrique du Sud. Il est également important de souligner que nombreux rapports dont le 1er essai clinique de Patrick Engeu ogwang, 2012 montrent qu’ après 7 jours de consommation de Artemisia afra, on observe une efficacité préventive et thérapeutique. Au Maniema, en quelques semaines, les enfants ne sont presque plus infectés par le plasmodium après le traitement à l’Artemisia afra. Mieux encore, l’anémie accompagnant le plus souvent le paludisme est réduite. Docteur Gérôme MUNYANGI , médecin chercheur au congo observe qu’ après 7 jours de traitement, la parasitemie est à 0 et il n’y a plus de gamétocytes dans le sang. 

Les essais cliniques sur Artemisia

Feuilles d’artemisia utilisé dans le paludisme
Feuilles d’artemisia utilisées dans le paludisme

Les essais cliniques se basent  sur des travaux en laboratoire : analyse approfondie des plantes au Laboratoire National de la Santé ä Luxembourg et à l’Université des Montagnes au Cameroun, à Bruxelles et Louvain, en Ouganda, en Ethiopie et en Afrique du Sud. Pour le moment, il ressort de ces travaux et publications que Artemisia afra peut servir à la prévention du paludisme, peut éviter la transmission du parasite et réduit considérablement le taux du plasmodium dans le sang contrairement au dérivés d’Artemether qui garde toujours le plasmodium dans le sang. 

Composition d’Artemisia afra

Artemisia afra ne contient pas d’artemisine comme Artemisia annua. L’industrie pharmaceutique ne l’exploite ni ne la commercialise encore. Nous pouvons en faire notre patrimoine en l’utilisant de manière rationnelle. Cette plante contient plutôt de la luteoline (une flavonoïde), de l’arginine générant toutes deux de l’ oxyde nitreux ( NO). L’oxyde nitreux génère une oxydation qui tue le plasmodium. Elle contient également  la davanone, la scopoletine et les pentacycliquestriterpènes. 

Artemisia afra est pauvre en fer. Or, le plasmodium se nourrit de fer. Ce qui accélère sa mort. 

Artemisia afra est pauvre en fer. Or, le plasmodium se nourrit de fer. Ce qui accélère sa mort Cliquez pour tweeter

On observe un échec de l’utilisation de la tisane en prévention chez les sujets neufs. L’inexistence d’un contact précédent avec le plasmodium explique cet échec. En effet, leur système immunitaire n’ayant pas en mémoire la présence du parasite dans l’organisme, ils ne pourront pas réagir aux molécules contenues dans l’ Artemisia annua. 

Artemisia afra ne dénote d’aucune toxicité à des doses normales.

Artemisia afra ne dénote d’aucune toxicité à des doses normales Cliquez pour tweeter

En prévention, 3 tasses par semaine soit 15 g par semaine.

En prévention, 3 tasses par semaine soit 15 g par semaine. Cliquez pour tweeter

35 g consommés pendant 5 jours tuent le gamétocyte et évite la transmission.

35 g consommés pendant 5 jours tuent le gamétocyte et évite la transmission. Cliquez pour tweeter

Les drogues végétales de Artemisia afra sont les feuilles et les tiges. Les parties de Artemisia afra peuvent être conservées pendant 3 ans, séchées et à l’ombre.

Artemisia afra sur les autres infections

Artemisia afra a plus d’un tour dans son sac. En effet, des études scientifiques ont montré qu’elle lutte aussi contre la schistosomose. Elle détruit 100 % des œufs tandis que le praziquantel, la molécule couramment utilisée détruit 71 % des œufs. 

L’incorporation de la poudre de Artemisia afra dans une crème et appliquée localement permet de guérir l’ulcère de buruli.

L’incorporation de la poudre de Artemisia afra dans une crème et appliquée localement permet de guérir l’ulcère de buruli. Cliquez pour tweeter

Des études sont toujours en cours et les publications scientifiques sur son efficacité ne manqueront pas d’ici peu. 

La recherche scientifique est en pleine explosion. Pour finir, Artemisia afra est un trésor pour l’Afrique et Pierre LUTGEN nous invite tous autant que nous sommes à nous joindre à ces recherches afin d’apporter un plus à notre Afrique. 


notez svp

3 Comments

  1. AvatarFrejuste Agboton Reply

    Bel article j’ai appris plein de choses..j’ai juste leur que vu les bénéfices qu’elles se font graces aux anciens traitements les grandes laboratoires ne nous laissent pas exploiter cette nouvelle plantes. L’avenir nous édifiera .merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 21 =